Archives pour la catégorie Humeur

Sommes-nous en route vers l’idiocratie ?

La semaine dernière, j’ai assisté à quelque chose qui m’a beaucoup fait réfléchir quant au chemin que notre civilisation est en train de prendre et à l’importance (urgence ?!) d’éduquer nos enfants pour contrer ce phénomène.

Vous connaissez les hand spinner ? Ce sont des sortes de toupies, la nouvelle mode dans les cours de récré. Moi je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à la semaine dernière lorsque l’une de mes copines a posté ces messages sur Facebook.

handspinnerhandspinner2

Alors certes, comme ma copine me l’a fait remarquer, nous avons aussi connu des modes dans la cour de récré. Certes, c’est un objet conçu initialement pour canaliser les enfants autistes qui peut peut-être s’avérer intéressant pour tous les enfants.

Mais sérieusement, c’est quoi ce délire de courir partout pour trouver LE gadget que notre enfant doit absolument avoir pour être reconnu socialement ? Sommes nous devenus des moutons à ce point pour nous laisser dicter nos désirs et nos priorités ? Il n’y a que moi qui trouve ça terriblement flippant ?

Autre « évènement marquant », le nouveau scandale Hanouna. Là encore, n’ayant pas la télé, j’ai découvert cette histoire via les réseaux sociaux. Je ne débattrai ni de l’émission que je n’ai jamais regardée, ni des propos qui ont été tenus. Selon moi, le vrai problème c’est que la télé et les personnalités du showbizz sont davantage influentes qu’il y a 20 ou 30 ans. Parce qu’il existe aujourd’hui une interactivité qui n’existait pas alors. La limite entre le show et la réalité est de plus en plus mince et les blagues douteuses portées par des personnalités cautionnent les préjugés et les comportements réels.

Ces deux évènements m’ont amenée à faire un parallèle avec un film peu connu du grand public que j’ai eu l’occasion de découvrir il y a quelques années : Idiocracy. Il s’agit d’une dystopie réalisée par Mike Judge, qui utilise la satire pour dénoncer la décadence de notre société occidentale.

Le film illustre la chute du QI de l’humanité au fil du temps à travers un scénario simple mais efficace : Deux cobayes sont enrôlés pour participer à une expérience secrète de cryogénisation. Mais un scandale contraint les services secrets à interrompre l’expérience et les caissons sont oubliés.

Les cobayes se réveillent par hasard cinq siècles plus tard dans une ville entourée de montagnes de détritus et de champs stériles arrosés de soda, où les gens au vocabulaire limité et habillés de logos s’abrutissent devant des émissions à caractère violent et sexuel tout en se gavant de malbouffe et où le président est une ancienne star du catch et du porno. (Je vous laisse trouver les similitudes avec ce que nous connaissons…)

MV5BZTZjOWE4Y2UtMzI0Ni00M2JhLThiN2UtOTgzY2YyMzMxM2Y0XkEyXkFqcGdeQXVyMjA0MDQ0Mjc@._V1_960

Ils vont rapidement se rendre compte que leurs congénères sont imperméables à toute logique, ce qui va les conduire dans une situation inextricable.

Voici la bande annonce qui vous donnera une petite idée de ce qui vous attend :

Personnellement, je ne suis pas fan de l’humour gras ni des gags potaches à répétition qui contribuent à l’ambiance générale du film, mais j’ai conscience que c’est un parti pris délibéré qui accompagne le sujet. En revanche, je pense que c’est un film à voir pour les nombreuses allusions aux dérives dont nous sommes actuellement témoins et qui m’ont laissé un arrière goût plutôt amer. Certes, on n’en est pas encore là, mais on en prend massivement le chemin…

Finalement, c’est mon fils qui m’a remonté le moral. Après avoir pris connaissance de cette histoire délirante de hand spinner, je lui ai demandé s’il connaissait cet objet. Il m’a répondu :  » Ah ouais, tout le monde en a au collège ! C‘est nul, en fait ça sert à rien ! « . Ouf, tout n’est peut-être pas perdu en fin de compte 🙂

Publicités

3 moyens de changer la société au quotidien

Vous rêvez d’une société axée sur le développement durable, la préservation du vivant, bref d’une société plus humaine. Vous avez fait votre devoir de citoyen, vous avez voté et vous avez été déçus. Mais tout n’est pas perdu ! Voici comment changer la société au quotidien, à votre échelle. 

17807487_1685890844760648_5147715881757051002_o

Vous connaissez probablement la fable du colibri chère à Pierre Rahbi. Si ce n’est pas le cas, je vous laisse la découvrir.

Mais vous vous demandez peut-être comment faire sa part chaque jour ? Je vous livre les trois fondamentaux.

Consommer, c’est voter au quotidien

Tout d’abord, prenez conscience que vous avez un véritable pouvoir dont vous n’avez peut-être pas conscience. Celui de choisir à qui vous allez donner votre argent. Et ça, c’est loin d’être anodin.

Admettons que vous souhaitiez acheter un livre. de nombreuses personnes vont se rendre sur Amazon qui possède un gigantesque catalogue et offre la livraison. C’est facile, rapide et pas cher. Mais c’est aussi cette société qui tue nos libraires. Alors que si vous vous rendez dans la librairie de votre ville ou quartier et demandez à votre libraire de vous le commander, vous contribuez à la vois au niveau de vie de votre libraire et à faire vivre votre ville.

La ville où j’ai grandi possédait deux librairies lorsque j’étais enfant. Aujourd’hui, il n’y en a plus une seule. La rue principale autrefois commerçante ne compte plus que des banques et des agences immobilières. Triste.

Ce sont vos achats qui déterminent le visage du lieu où vous vivez, alors pensez-y et achetez local 😉

1379360719-w8D

Boycotter c’est déjà agir

De la même manière, boycotter c’est soutenir une cause qui vous tient à cœur, même à l’autre bout du globe. Ne pas acheter, c’est ne pas financer.

Et il y en a des sociétés à boycotter : les multinationales qui ne respectent pas l’environnement ou les conditions de travail de leurs employés, les cirques qui exploitent des animaux, les cosmétiques testés sur les animaux…

Il y a des solutions alternatives pour à peu près tout ce qui nous concerne au quotidien. De la banque éthique, au fournisseur d’énergie propre, en passant par l’agriculture bio, le marché de l’occasion…

N’oubliez pas que le commerce repose sur le principe de l’offre et de la demande. Plus il y aura de demande pour un produit éthique, écolo, végan etc… plus les sociétés vont chercher à modifier leur offre. A nous de leur forcer la main 😉

14444937_1480238125325922_6358135829142596369_o

Partagez vos idées avec bienveillance

Sur les réseaux sociaux que je fréquente, nombreuses sont les personnes qui vivent mal le regard de leur entourage vis à vis de leur mode de vie (véganisme, minimalisme, zéro déchet…). Certaines en viennent même à en avoir honte ! Un comble !

Certes, les préjugés sur les écolos ont la vie dure, mais n’ayez pas honte, vous êtes dans le vrai et surtout vous n’êtes pas seuls ! Ne craignez pas de partager vos idées avec votre famille, vos amis ou vos collègues. L’idée n’est pas de les convaincre, mais de leur donner à réfléchir. Parce que la prochaine fois qu’ils entendront parler de zéro déchet dans un reportage télé, ils comprendront qu’il ne s’agit pas d’une lubie, mais d’une véritable prise de conscience. Leur attention sera plus soutenue, leur regard va changer. Mais tout ça est progressif, soyez patients 😉

14224817_1442423055774096_5425795401041186160_n

Alors oui, quand on essaie de réduire ses déchets et que l’on voit que d’autres prennent la nature pour une décharge, ça peut décourager. Mais je suis persuadée qu’il suffit d’une poignée de personne pour changer les choses. Alors soyons le changement que nous voulons !

Maintenant racontez moi, quelles sont vos actions quotidiennes pour changer le monde à votre échelle ?

J’ai testé le déo DIY à l’huile de coco

Après des mois d’hésitation, j’ai enfin sauté le pas et j’ai testé la recette de déo DIY d’Antigone XXI.

Je craignais fortement que ce déo diy à base d’huile de coco ne laisse des tâches sur les vêtements, parce que oui, c’est de l’huile quand même ! Mais de nombreuses blogueuses m’ont assuré que ce n’était pas le cas. Je me suis donc jetée à l’eau et j’ai commandé les ingrédients manquants à cette recette de déo diy.

Pour la première fois, j’ai divisé les doses par 4 afin de réaliser un échantillon de déo à tester que j’ai moulé dans un mini moule à muffin en silicone.

DEO DIY A L'HUILE DE COCO

Je l’ai conservé au réfrigérateur afin d’avoir une version solide de ce déo, plus facile à appliquer.

Contrairement à la recette d’Antigone, je n’ai pas ajouté d’huile essentielle de lavande car je n’en apprécie pas tellement l’odeur.

Après deux semaines d’utilisation, complètement conquise, et bien que mon échantillon ne soit pas encore terminé, je me suis lancer dans la préparation d’un déo au format stick que j’ai moulé dans l’ancien contenant de ma pierre d’alun.

DEO DIY A L'HUILE DE COCO

Alors concrètement, ce déo diy est-il efficace ? 

Il y a fort longtemps, j’utilisais du déo anti-transpirant. Je l’appliquais généreusement chaque matin après ma douche avant de partir au lycée. Le temps de sortir le chien, de remonter les escaliers quatre à quatre, d’attraper mon sac et de redescendre en courant, j’arrivais bien souvent en cours en sueur et déjà en tête, l’angoisse que mes camarades de classe ne sentent l’odeur de transpiration qui émanait de moi. J’ai testé de nombreuses marques de déo du commerce pour un résultat toujours équivalent. C’est à dire, pas assez efficace à mon goût.

Plus tard, j’ai découvert les dangers des déo anti-transpirants et je me suis rabattue sur les déos bio puis, rapidement sur la pierre d’alun, naturelle. Au niveau efficacité, j’étais aussi bien protégée qu’avec un déo anti-transpirant. Je me suis juste faite à l’idée que j’avais une transpiration sans doute excessive et que je n’y pouvais rien.

Et puis il y a quelques semaines, j’ai testé cette recette de déo diy à l’huile de coco et j’en suis bluffée. Alors certes, je transpire toujours autant. Mais je ne sens plus cette désagréable odeur de sueur deux heures après ma douche, même si j’ai couru pour attraper le bus. Mes vêtements ne puent plus la sueur le soir, mais une légère odeur de coco.

Ce déo diy laisse-t-il des tâches sur les vêtements ?

C’était vraiment la crainte qui me faisait hésiter à tester cette recette. Parce que certes, l’huile de coco est solide jusqu’à 25°, mais notre corps lui, avoisine normalement les 37°. Donc le déo à l’huile de coco, même conservé au réfrigérateur, se liquéfie à l’application au contact de la peau. Et personne n’a envie de se retrouver avec des tâches d’huile sous les aisselles, surtout qu’on sait toutes que les tâches de gras partent très mal au lavage.

Alors rassurez-vous, bien que ce déo diy comporte de l’huile de coco, il ne laisse pas de trace de gras sur les vêtements 😉

Si vous êtes tentée de l’essayer, voici ma recette légèrement modifiée.

Maintenant, dîtes-moi tout ! Vous utilisez quoi comme déo ? Vous avez d’autres recettes de déo diy ?

Préjugés sur le bio et l’écologie – Episode 1

Les préjugés ont la vie dure et je suis parfois sidérée par les propos que j’entends au sujet du bio, du tri sélectif, des choix alimentaires, ou tout ce qui a trait à l’écologie.

Méconnaissance ou véritable politique de l’autruche ? Toujours est-il que peu nombreuses sont les personnes qui acceptent une véritable discussion autour de leurs affirmations bancales. Et c’est d’autant plus difficile quand il s’agit de personnes que l’on est obligé de côtoyer au quotidien (genre les collègues de travail ).

Mais puisqu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer, je vous ai préparé une petite récap’ des pires phrases que j’ai entendu autour de moi. Attention, âme sensibles s’abstenir, c’est du lourd et du 100% vécu !

« Bonjour Madame, je ne trouve pas les pommes de terre bio en rayon. Vous en avez peut-être en stock ? – Euh… Bah…, celles-là elles poussent dans la terre aussi donc bah je pense que c’est pareil !  » (Et vous pourriez aussi bien travailler ailleurs, ça serait pareil !)

« Tu crois vraiment que ton lait bio il a meilleur goût parce qu’il est bio ? »

« Un œuf, c’est un œuf, qu’il y ait marqué bio ou pas dessus, ça change rien ! »

« Moi, j’achète jamais de bio, c’est de la connerie. C’est vrai quoi, nos ancêtres, ils mangeaient pas bio ! »

« Les pesticides ? ça n’a jamais tué personne ! » (pourtant le suffixe -cide vient du latin -cida, du verbe latin caedo, caedes, caedere, caedi, caedum qui signifie « tuer », non ? )

« Non mais tu te rends compte, les végétariens, ils mangent pas de viande, pas de poisson, et même pas d’œufs ! » (Et toi, tu sais même pas de quoi tu parles ! )

« C’est comme le tri sélectif !  Je paie assez cher la taxe sur les ordures ménagères, je vais pas en plus faire leur boulot ! » (T’as raison, c’est trop compliqué, laisse ça aux pros !)

Allez, soyez sympas, dîtes-moi que vous aussi, vous avez entendu ce genre d’énormités !

10991286_10153003671376878_3071544299319785715_n.jpg

Liebster Awards : A mon tour de jouer le jeu

Si vous n’appartenez pas à la blogosphère et que vous êtes novice dans le milieu, vous n’avez probablement jamais entendu parler des Liebster Awards. Il s’agit donc d’un petit défi entre blogueurs/blogueuses qui consiste à répondre à une série de questions personnelles. L’objectif : découvrir de nouveaux blogs bien sûr, connaître un peu mieux les auteurs qui se cachent derrière, et puis rigoler un peu !

Il y a quelques semaines, j’ai été nominée par Emmanuelle du blog How I play with my mome une mine d’or d’idées et d’astuces pour occuper vos enfants, puis par Adeline du blog Mes Idées Naturelles. Je les remercie au passage pour l’intérêt qu’elles ont porté à mon blog à tendance green / écolo.

Je dois donc aujourd’hui vous livrer 11 choses sur moi, répondre aux 11 questions d’Emmanuelle, aux 11 questions d’Adeline et nominer à mon tour, 11 blogs peu connus. C’est parti !

11 choses sur moi :

1- Je suis bordélique. Je garde tout parce que « ça peut servir ». Au temps pour le minimalisme !

2- Je mets de la crème fraîche dans tous mes plats. Pas prête de passer au véganisme :p

3- Je déteste le café.

4- J’ai lu presque tous les livres de Stephen King

5- Je fais un bond de trois mètres si je croise un lombric sur mon chemin (autrement dit si j’installe un lombricomposteur chez moi, je déménage )

6- Je fais des crêpes tout le temps (minimum une fois par semaine)

7- Je suis complètement addict au chocolat

8- Je passe beaucoup de temps sur Pinterest à chercher des idées de DIY

9- J’aimerais des journées 48h pour avoir le temps de réaliser tout ce que j’ai repéré

10- J’aime bien vivre la nuit (notamment écrire mes articles de blogs ^^ )

11- J’ai passé une éternité sur cet article (pas si évident de parler de soi… )

11 questions sur moi de la part d’Emmanuelle :

1- Quel était ton jouet préféré étant enfant ?

Certainement la poupée Tinnie. Un jouet phare de mon enfance qui m’a permis des heures de jeux et de développer mon imagination.

Liebster awards

2- Si tu pouvais redevenir enfant l’espace d’une journée, que ferais-tu ?

Une partie de cache-cache dans la grange avec les petits voisins de mes grands-parents. Les meilleurs souvenirs d’enfance de ma vie.

3- Le jeu ou l’activité que tu essaies toujours d’esquiver avec tes enfants parce que franchement tu t’ennuies ?

Jouer avec leurs figurines. Il y a un décalage entre leur imagination et la mienne, j’ai du mal à suivre. Je veux bien coiffer et habiller des poupées, construire un hélico en méccano, même une tour de Kappla, mais pas rentrer dans leurs délires.

4- Quel jouet tu n’achèteras jamais à tes enfants ?

Concernant ma fille, ce serait les poupées mannequins ultra vulgaires, maquillées à outrance. Concernant mon fils, les jeux vidéos dans lesquels il faut voler une voiture, livrer de la drogue, semer la police et écraser des piétons au passage : no way !

Liebster awards


5- Le dessin animé dont tu ne loupais jamais aucun épisode quand tu étais gamine ?

Sans doute Princesse Sarah. Sa bienveillance, son positivisme et sa résilience m’ont beaucoup inspirée.

 

6- Ta prochaine destination de vacances ou de week-end ?

La Bretagne évidemment ! Le plus bel endroit du monde 🙂

Liebster awards

7- Si tu ne devais conseiller qu’un seul blog, ce serait lequel ?

Le  blog d’Antigone XXI, la bible du mode de vie green.

8- Le dernier blog dont tu as liké la page Facebook/ tu t’es inscrite à la newsletter ?

Mes idées naturelles. Un très joli blog green plein de bonnes idées écolos

9- Le truc que tu mangeais tout le temps enceinte ?

Du sel. Je salais énormément mes plats. Sinon je n’ai jamais eu d’envies particulières.

10- Comment tu vis ton statut de blogueuse ?

Je ne me sens pas avoir un statut particulier en fait. Je pratique des tas d’activités qui m’épanouissent, tenir ce blog en est une parmi d’autres.

11- Le métier que tu rêvais de faire étant enfant et celui dont tu rêves actuellement ?

Vétérinaire, comme beaucoup d’enfants, parce que je voulais soigner les animaux. Aujourd’hui, je rêve d’être écrivain.

11 questions sur moi de la part d’Adeline :

1- La ville que tu as déjà visitée et qui pourrait être celle de ta vie ?

Quiberon (cf photo ci-dessus ^^ )

2- Qu’est ce qui ta poussé à lancer un blog ?  

L’envie de partager mon mode de vie avec des personnes qui ont le même objectif et aussi informer ceux qui n’ont pas encore pris conscience des enjeux liés à l’environnement.

3- Es-tu superstitieuse? 

Absolument pas.

4- Quel est ton livre de chevet?

livre bouddhisme

5- Plutôt ville ou campagne ?

Campagne incontestablement.

6- Quelle est ta playlist du moment ?

J’écoute peu de musique.

7- La chose dont tu ne peux te passer ?

Mon smartphone.

8- Ton Disney préféré ?

Aladdin, pour son humour, ses anachronismes et sa morale bien entendu.

9- Quelle est l’habitude dont tu sais quelle est mauvaise mais que tu n’arrives pas à faire disparaitre?

Le grignotage (de sucré bien évidemment :p )

10- En matière de décoration quel style affectionnes-tu particulièrement ?

Je préfère une déco simple et naturelle, le rustique revisité et modernisé comme chez Simple Home.

déco récup'

11- Quel moment de la journée préfères-tu?

Le soir tard, voire la nuit. C’est le moment où mon cerveau est en ébullition et où je suis le plus prolifique.

Les 11 blogs que je nomine :

J’ai tenu à mentionner des blogs de tous horizons, et pas seulement des blogs orientés green ou écolo.

My Healthy Life In Paris : Les astuces écolos d’un jeune parisien pour une vie plus saine

Les P’tites décos de Lolo : Des DIY pour une déco nature et tendance.

Simple Home  : Inspiration déco à partir d’objets récup.

Mangeurs de salade : Un blog végé et orienté en faveur de la protection animale

Marie-Maguelone Création : des idées de DIY très chouettes et tendances

Stilettos, mojitos et… petits pots !   : Un blog très drôle qui réconcilie féminité et maternité

Clemely’s Family  : Des conseils mode enfant très avisés et superbement illustrés

Misie Shop  : Retomber en enfance dans l’univers des mangas et du kawaii.

Tylian ou la prématurité n’est pas un long fleuve tranquille  : Les péripéties d’un petit gars né prématurément racontées par sa maman.

Laurence ou la Belle Vie  : Billets d’humeur, anecdotes et bons plans pour se faciliter la vie

Les Ginettes : Un blog inspirant pour toutes les fashionistas

 

Et voici les 11 questions auxquelles les nominées devront répondre :

1- Quel est le geste écolo que tu as le plus de mal à faire rentrer dans tes habitudes ?

2- Ton livre de chevet ?

3- Ton meilleur souvenir d’enfance ?

4- L’activité que tu préfères pratiquer avec tes enfants ?

5- Le dessert dont tu ne lasseras jamais ?

6- Ton plus gros ratage culinaire ?

7- Et ton plus gros ratage vestimentaire (histoire de rigoler un peu) ?

8-  La dernière chose qui t’a fait rire ?

9- Une citation qui te définit ?

10- Une collection de quelque chose ?

11- Pourquoi blogues-tu ?

A vos claviers !

Bienveillance : Comprendre les quatre accords toltèques et les expliquer aux enfants

Ceci est mon premier article sur la bienveillance. Non pas que le sujet ne m’intéressait pas auparavant, mais que je me demandais comment l’aborder ici, sur ce blog qui parle de cosmétiques naturels, d’alimentation bio et végé, de zéro déchet et d’écologie en général.

Mais puisque l’écologie est synonyme de bienveillance envers l’environnement et que l’environnement englobe à la fois la nature, les animaux et les humains, alors je peux tout à fait parler de bienveillance sans être totalement hors sujet 🙂

Je commencerai par définir la notion de bienveillance. Selon moi, la bienveillance implique avant tout la notion de respect : le respect de l’autre, mais également le respect de soi.

Il n’est pas toujours facile de savoir par où commencer lorsque l’on veut modifier ses habitudes de vie. Certains ouvrages proposent d’explorer certaines pistes. Aujourd’hui, je vais donc vous parler de l’un d’entre eux.

J’ai récemment découvert Les Quatre Accords Toltèques, ouvrage rédigé par un shaman du nom de Miguel Ruiz qui définit une ligne de conduite bienveillante et facile à observer par tous, peu importe ses croyances ou sa religion, car elle n’entre aucunement en contradiction avec. L’idée est de passer avec soi-même quatre accords que l’on va tâcher de respecter pour vivre heureux.

Voyons maintenant rapidement quels sont les 4 accords toltèques :

1ER ACCORD : QUE VOTRE PAROLE SOIT IMPECCABLE.

Bienveillance : Les quatre accords toltèques expliqués aux enfants

Partant du principe que les mots peuvent autant réconforter que blesser, ce premier accord introduit la notion de communication bienveillante, clé pour vivre ensemble et coopérer à construire un monde meilleur. Elle exclut donc le mensonge, la critique, l’insulte… envers les autres bien évidemment, mais également envers soi-même.

2EME ACCORD : N’EN FAITES JAMAIS UNE AFFAIRE PERSONNELLE

Bienveillance : Les quatre accords toltèques expliqués aux enfants

Ne pensez pas que les critiques qui vous sont faites reflètent la réalité. Elles ne sont que la vision des autres. Prendre du recul et mettre son égo de côté permet d’admettre que nous ne sommes pas responsables des paroles ou des actes des autres et d’éviter de se laisser blesser.

3EME ACCORD : NE FAITES AUCUNE SUPPOSITION

Bienveillance : Les quatre accords toltèques expliqués aux enfants

Nous ne savons pas ce que les autres pensent. Inutile donc de leur prêter des intentions qui ne sont probablement pas réelles et qui n’engendreront que tristesse, colère et rancœur. Le mieux est de leur demander directement. La communication est la clé pour se comprendre.

4EME ACCORD : FAITES TOUJOURS DE VOTRE MIEUX

Bienveillance : Les quatre accords toltèques expliqués aux enfants

Faire de son mieux chaque jour, en fonction de son humeur, de son énergie ou de son état de santé, sans se soucier des attentes et du jugements des autres, permet de vivre pleinement sa vie sans regrets.
Si vous souhaitez expliquer les quatre accordes toltèques à vos enfants, voici une courte vidéo ludo-éducative très bien réalisée, qui vous aidera à leur faire comprendre cette ligne de conduite, afin qu’ils deviennent des adultes heureux, respectueux, justes et bienveillants 🙂

 

Témoignage : Comment vivre sans télé ?

Vous allez me dire qu’il n’y a pas de lien entre la télé et l’écologie, hormis l’aspect énergétique bien sûr. En réalité, vivre sans télé est un thème qui revient souvent sur les groupes écolos/minimalistes que je fréquente, aussi je voulais partager mon expérience avec vous.

Pourquoi la télé est mise sur la sellette par les écolos ?

Certainement parce que la télé est avant tout un outil de manipulation des masses, qui diffuse des images sélectionnées pour faire un passer un message plutôt qu’un autre. Un outil destiné à endormir le peuple pour ne pas qu’il se mette à trop remettre en question la façon dont il est gouverné.

Ensuite parce que la télé diffuse des émissions de plus en plus abrutissantes qui sont néfastes pour notre intellect et celui de nos enfants. On rentre fatigué du boulot ou de l’école, on appuie sur le bouton et on laisse notre esprit divaguer sur n’importe quoi pour se « vider la tête ». Attention, danger ! C’est ainsi qu’on se la laisse remplir sans s’en apercevoir.

Vivre sans télé

 

Et puis surtout, parce que la télé, de par sa taille et sa place dans le salon, monopolise l’attention de toute la famille au détriment de la communication. Si je vais chez une amie et que la télé est allumée, mes yeux sont irrésistiblement attirés par l’écran. Dingue, non ?

Chez nous, ça fait 8 ans maintenant que la télé a disparu de notre paysage et nous nous en passons très bien. Comment on fait ? Je vous dis tout !

Comment vivre sans télé à la maison ?

La première remarque que les gens me font lorsqu’ils apprennent que nous n’avons pas la télé à la maison est « Mais comment tu fais ? T’es coupée du monde alors ? ». Je trouve cette remarque amusante à l’heure où nous avons accès à internet depuis partout : à la maison, sur le téléphone portable, la tablette, etc. Je reçois les articles d’actualité de plusieurs quotidiens sur ma boite mail et j’ai une appli sur mon téléphone. Lorsqu’un fait d’actualité suscite mon intérêt, Google est mon ami pour pousser la recherche d’informations. Si bien que je me tiens au courant de ce qui se passe dans le monde en ayant une vision plus large que ceux dont le 20h de TF1 est l’unique source d’information.

 

Il faut savoir aussi que de nombreuses chaînes de télévision proposent leurs émissions en replay pendant plusieurs jours. Aussi, lorsque des amis me parlent d’une émission intéressante, je peux tout à fait aller y jeter un œil pour me faire ma propre opinion.

Il n’y a pas de mal à se détendre et il nous arrive fréquemment de regarder un bon film en famille. Mais au lieu de zapper sur toutes les chaines jusqu’à tomber sur un programme qui fasse l’unanimité, on discute avant de ce que l’on a envie de regarder et on se met d’accord tous ensemble. Bref, on apprend à négocier. Enfin, on peut tout à fait être accro à une série télé sans avoir de télé chez soi. Là encore, le replay est notre ami. Et en plus, on regarde notre épisode tranquillement au moment qui nous arrange et non à un horaire imposé.

Comment mes enfants vivent-ils le fait de ne pas avoir de télé à la maison ?

Vivre sans télé quand on a des enfants, semble être un challenge. En réalité, tout est question d’habitude. Ma petite dernière, qui n’a jamais connu la télé, n’est pas influencée par la publicité et est donc moins encline à réclamer des choses (jouets, aliments) qu’elle aurait pu voir dans les pubs. Elle n’est pas non plus accro à la dernière série à la mode diffusée sur Disney Channel. En gros, le marketing a moins d’effet sur elle. Mon lutin ne se rappelle pas comment s’était avant quand on avait encore la télé et ça ne lui manque pas au quotidien. Le seul clash que nous avons eu, c’était au sujet de l’acquisition d’une console de salon, son souhait pour Noël dernier. Il était hors de question de faire rentrer une télé à la maison. Il joue donc sur un écran d’ordinateur uniquement dédié à la console. Mon aînée a toujours préféré les livres aux écrans. L’absence de télé lui est donc totalement égale. Elle dit ne pas s’intéresser lorsque ses camarades de lycée lui parlent de la dernière émission de téléréalité, même si elle ne l’assume pas encore au grand jour. Je lui trouve un esprit critique plutôt développé pour son âge. Y-a-t-il un lien ?

Vivre sans télé

 

Pour conclure je dirais que vivre sans télé = plus de liberté 🙂 Qu’en dîtes-vous ?